Historiques des cimetières

HISTORIQUE


Présentation

Bienvenue sur le site de présentation des 2 cimetières communaux de la ville d’Angoulême.


Le cimetière de Bardines … le champ du souvenir

L'histoire d'un lieu : Des cimetières paroissiaux à celui de la commune

La création du cimetière de Bardines résulte d'un décret de Napoléon du 23 prairial an XII (12 juin 1804) qui interdit les inhumations au cœur des villes et ordonne de ce fait l'installation des cimetières hors les murs. En application de la nouvelle législation, la ville d'Angoulême supprime le 4 thermidor an XIII (23 juillet 1805) les cimetières de Saint-Martial, de Saint-Ausone et de l'Houmeau et fait l'acquisition d'une pièce de terre appelée « le bois de la Taille », de moins de 3 hectares, dans l'actuel quartier de Saint Cybard, appartenant au sieur Rossignol et plus anciennement à la famille de Bardines. En 1808, la première personne inhumée dans le nouveau cimetière se nommait Fleurat, d'où l'expression utilisée alors par les angoumoisins au sujet des personnes décédées qui allaient y être enterrées: « on le conduit à Fleurat ». En 1835, le maire d'Angoulême Gellibert établit un système de concessions à perpétuité et à temps ce qui instaure une discipline. En 1847, l'espace étant déjà trop petit, le cimetière s'agrandit de plus de 2 hectares et en 1872 de 3 nouveaux hectares. Enfin, en 1924 et 1951, les extensions se poursuivent pour donner au cimetière l'aspect qui est le sien aujourd'hui avec près de 10 hectares, 17000 concessions et environ 100000 personnes inhumées.

« Le Père Lachaise d'Angoulême » : entre mémoire locale et œuvre d'art

Ce vaste espace a été conçu à l'origine à la ressemblance d'un jardin à la française et peuplé de cyprès et magnolias. Très vite les monuments funéraires de formes variées se sont multipliées : dalles, sarcophages, colonnes brisées, obélisques et chapelles, ces églises miniatures réalisées souvent dans le style néo-gothique. Quant à l'ornementation, elle est parfois d'inspiration égyptienne, grecque ou médiévale. Des décors végétaux voisinent avec des représentations géométriques, figuratives qui font de ce lieu un espace d'art éclectique. De nombreuses personnalités angoumoisines ou charentaises reposent dans d'innombrables tombeaux dont certains constituent des œuvres de grande qualité. La chapelle Weiller referme même l'une des plus belles sculptures de Raoul Verlet « La couche nuptiale ». La maquette de ce chef-d’œuvre se trouve au musée d'Angoulême. De la colonne du Général Liédot à la chasse de pierre du maire Zadig-Rivaud en passant par la haute sculpture du carré militaire, une visite s'impose dans ces allées de la mémoire.

Bardines au XXIe siècle : Quelques anciennes chapelles funéraires transformées en columbarium

À l'initiative de la ville d'Angoulême, des chapelles en l'état d'abandon font l'objet depuis une dizaine d’années d'une réhabilitation en vue d'une nouvelle affectation : l'aménagement de cases de columbarium destinés à recevoir les cendres des défunts. Ces chapelles conservent le nom du concessionnaire d'origine afin d'honorer la mémoire des familles fondatrices de ces monuments.

Des projets de revégétalisation du cimetière sont en cours de réalisation pour redonner à ce vaste espace son aspect d’origine, un jardin destiné à la mémoire.

Le cimetière des Trois Chênes... création

L'impossible extension du cimetière de Bardines et l'accroissement de la population nécessitent l'ouverture d'un nouveau cimetière en 1964 appelé cimetière des Trois Chênes en référence au lieu ainsi nommé.
Arrivé à saturation dans les années 2000, un premier agrandissement voit le jour en 2002 avec la création de 6 carrés supplémentaires, suivi d'une autre extension en 2019 pouvant accueillir 750 sépultures supplémentaires et 50 emplacements pour cavurnes.
En 1988, la Ville d'Angoulême concède un terrain dans l'enceinte du cimetière des Trois Chênes pour la création d'un crématorium. Ce dernier, géré en délégation de service public, a fait l'objet de travaux de mise aux normes et d'agrandissement en 2020.

Photo cimetière
Contact

Service funéraire

Adresse :

Services des affaires funéraires, 6 rue de Saint Jean d'Angély
16000 ANGOULEME
Tel : 05 45 95 04 04

Horaires :

Cimetière de Bardines
Les bureaux sont ouverts de 9h00-12h00 et 13h30-17h00 du lundi au vendredi.
Ouverture des grilles pour accès au public: du lundi au dimanche de 8h00 au coucher du soleil

Cimetière des Trois Chênes
Ouverture des grilles pour accès au public : du lundi au dimanche de 8h00 au coucher du soleil.
L'accueil physique s'effectue sur rendez-vous au cimetière des Trois Chênes.

Accès rapide